Élections municipales 2020. Alimentation, agriculture et climat : 10 actions clés pour votre programme électoral

Voici venu le temps de la préparation des programmes en vue des élections municipales de mars 2020.

Vous présentez votre candidature aux prochaines élections municipales ?

Vous souhaitez mobiliser l’équipe municipale de votre commune sur les enjeux alimentation agriculture et climat ?

Ce document est fait pour vous !

Vous pouvez vous inspirer des actions proposées et des initiatives locales présentées. La plupart se déroulent dans le Morbihan.

Si d’autres le font avec succès… pourquoi pas vous ?

Afin de vous faciliter la tâche, l’association Clim’actions Bretagne Sud a réuni ici les éléments vous permettant d’intégrer cette thématique dans votre projet.

La relocalisation d’une alimentation de qualité répond à une attente croissante de nos concitoyens.

Elle nous promet de nombreuses retombées vertueuses : le maintien d’une agriculture de proximité, la protection des écosystèmes et de la biodiversité, la préservation de la santé des habitants, la création d’emplois locaux, une meilleure adaptation de notre territoire aux effets du changement climatique,  une notoriété positive favorisant l’attractivité du territoire…

L’Agence Santé publique France recommande d’augmenter la consommation de fruits et de légumes en privilégiant les produits locaux et de saison, de diminuer notre consommation de viande et de charcuterie, et de limiter les produits ultra-transformés. Les collectivités locales sont bien placées pour favoriser cette évolution pour le bien être des habitants et l’intérêt général.

Si l’État à la charge de définir la politique alimentaire, aucun texte n’attribue de compétence spécifique à une Collectivité Territoriale dans le domaine de l’alimentation. C’est donc à partir de leurs diverses compétences (légales ou conventionnelles) que celles-ci vont pouvoir agir, directement ou indirectement, sur l’alimentation. Les possibilités d’actions sont nombreuses et peuvent être efficaces dès lors qu’elles sont coordonnées et qu’elles s’appuient sur une coopération entre les acteurs.

A partir des initiatives présentées lors de la journée professionnelle « alimentation, agriculture et climat » du vendredi 5 octobre 2018 à Vannes, voici dix actions qui peuvent nourrir les programmes municipaux de 2020.

Nous n’avons pas souhaité hiérarchiser ces dix actions . Il vous revient de les choisir, de vous en emparer et de les mettre en œuvre en fonction de votre projet et de votre réalité locale.

 

Découvrez le document synthèse Prezi

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

 

Découvrez les 10 actions municipales clés pour votre programme 2020 :

1. « Mettre en place une restauration collective locale et bio »

Pourquoi

De la santé des enfants à celle des producteurs, cette action directe bénéficie à tous, en plus d’agir pour le climat et pour le développement de l’économie locale. La régie directe permet la maîtrise de l’approvisionnement, de la transformation et de la qualité des repas. 

Condition préalable :

Gestion de la restauration collective en régie. Cela suppose de disposer d’une cuisine équipée et adaptée sur place ou une cuisine centrale. 

Comment

Réduire le gaspillage alimentaire, revoir la façon de commander ses produits, retravailler les grammages notamment ceux de la viande, se réapproprier la saisonnalité, retravailler ou accentuer le travail des produits frais, Développer les céréales et légumineuses, concevoir une régie maraîchère municipale, optimiser les déplacements des livraisons, supprimer les bouteilles plastiques et tous les contenants en plastiques. Avoir recours à des intermédiaires dans la chaîne agroalimentaire peut également constituer une voie de diffusion du bio dans vos cantines.

Initiatives locales inspirantes :

Neuillac (cuisinier Sébastien Jégourel)

Sulniac (Adjointe municipale Martine Cartron)

Langouët (Maire – Daniel Cueff) 

Vannes (régie maraîchère municipale)

Organismes d’appui et conseil

Le réseau FRAB (Fédération Régionale des Agrobiologistes de Bretagne)

le GAB  (accompagnement)

Bruded (ressources et partage d’expériences)

les Communautés de Communes animant un PAT (plan alimentaire territorial)

 

2 . « Soutenir les producteurs locaux »

Pourquoi

Pour dynamiser l’économie et l’emploi local non-délocalisable et tendre ainsi vers une autonomie alimentaire du territoire en agissant sur le climat.

Comment

Être à l’écoute et mettre en relation les acteurs locaux, valoriser leurs produits, favoriser les circuits courts, faire connaître les producteurs aux visiteurs, réaliser et mettre à jour la signalétique vers les lieux de productions (fermes, ostréiculteurs etc).

Initiatives locales inspirantes :

Autonomie des exploitations laitières (Guillaume Février CPIE Belle-île)

Bien manger en pays Auray (Nadège Belloir Pays d’Auray) 

Projet Alimen’Terre (Nina Trallero GMVA)

Organismes d’appui et conseil

le GAB 56 (accompagnement)

CIVAM

Collectivités territoriales animant un PAT

le Parc Naturel Régional du Golfe du Morbihan

 

​3. « Soutenir des initiatives locales en faveur d’une alimentation locale et durable »

Pourquoi

Répondre aux problématiques liées à la production et distribution de l’alimentation en favorisant les initiatives existantes créatrices d’emplois.

Comment :

Il peut s’agir d’un soutien financier ou d’une mise à disposition de moyens (matériels, humains, formations, etc). Il peut également s’agir d’un soutien indirect, en informant les habitants et les nouveaux arrivants de l’existence de ces initiatives.

Exemples : AMAP, Gase, magasins de producteurs, Jardins de Cocagne, monnaies locales .

Initiatives locales inspirantes :

Abattoir de proximité (Chambre Agriculture du Morbihan – Christophe Tachez)

L’atelier de l’epicerie (Stéfanie Bourne)

Clic Ta Berouette (Gab56 Fabien Tigeot) 

Organismes d’appui et conseil

Communautés de Commune

GAB (accompagnement)

Bruded (ressources et partage d’expériences)

 

4. « Préserver le foncier agricole et en orienter les usages »

Pourquoi

Favoriser l’installation vers des systèmes agricoles respectueux de l’environnement et de la santé de tous afin de maintenir l’emploi et soutenir l’économie locale, ceci en prenant part à la gestion du foncier agricole.

Comment

Calculer les surfaces agricoles nécessaires à la commune, Préserver les terres agricoles par le PLU, accompagner la conversion des terres,  louer les terres agricoles communales en bail agricole pour aider à la l’installation et/ou conversion 

Initiatives locales inspirantes :

Convertisseur de Terre de Liens : http://convertisseur.terredeliensnormandie.org/

PLU de Séné qui préserve l’environnement en s’appuyant sur les agriculteurs (Luc Foucault, Maire de Séné)

Organismes d’appui et conseil

Communautés de Commune animant un PAT

GAB (accompagnement)

Bruded (ressources et partage d’expériences)

PNR

Terre de Liens

La Marmite

le CIVAM

 

5. « Promouvoir et favoriser l’éducation à la nature et à l’alimentation »

Pourquoi

L’école et la cantine sont des lieux d’apprentissage sur ce que l’on mange et sur l’origine des produits, permettant ensuite d’adopter des comportements alimentaires vertueux pour la santé et l’environnement.

Comment

Soutenir des actions pédagogiques dans les écoles et familles, Participer au développement des jardins pédagogiques dans les écoles, Produire des fruits et légumes à proximité des écoles et intégrer la récolte dans la restauration collective…

Initiatives locales inspirantes :

Redon agglomération et Clim’actions

Restauration scolaire pédagogique de Bouvron

Neuillac et son potager communal

Jardins pédagogiques dans les écoles (OCCE – Alain Le Guellec)

 

6. « Réduire les déchets alimentaires » 

Pourquoi

Dans la restauration collective lors de la préparation jusqu’au service, les déchets alimentaires représentent une part importante des dépenses financières qui peuvent être minimisées. Les déchets peuvent être valorisés pour éviter de devenir une charge.

Comment

Initier un projet et identifier les actions prioritaires. Sensibiliser  les convives. Gérer l’approvisionnement et le service. Mobiliser les professionnels liés à la restauration. Mettre en place des poulaillers dans ou à proximité des écoles, des composteurs, lancer des défi zero déchet … 

Initiatives locales inspirantes :

Réduire déchets en restauration collective avec le Gab, Supprimer l’usage des plastiques, utiliser correctement des composteurs

Ademe

 

7. « Favoriser l’accès à l’alimentation locale et saine pour tous »

Pourquoi

Pour rendre accessible une alimentation de qualité pour tous et engendrer du bien être individuel et collectif.

Comment

Favoriser une restauration collective accessible financièrement, initier les défis familles à l’alimentation positive, promouvoir et développer des jardins familiaux, journée festive sur l’alimentation locale, restaurer les vergers et valoriser les productions.

Initiatives locales inspirantes :

Défi Pays de Vannes (AlimenTerre Pays de Vannes) 

CAUE 56

Fête du lait

Foire Bio de Muzillac (terre en vie)

 

8. « Faire place à la nature dans les lieux urbanisés »

Pourquoi

Pour reconnecter les citoyens avec la nature et favoriser la biodiversité, mais aussi pour rendre les villes vivables en période de grosse chaleur. Le cadre de vie est un critère majeur d’attractivité pour votre commune !

Comment

Protéger les ressources en eau, la terre et la biodiversité. Impliquer les habitants et  rendre visible leur engagement (ex : autocollants « engagés pour la biodiversité! » sur leur boîte aux lettres). Vous pouvez proposer des engagements individuels variés : installation de bandes fleuries mellifères dans les jardins, fabrication d’hôtels à insectes, de nichoirs ou de composteurs, entretien d’un potager ou encore utilisation de paillages. 

A l’échelle de la municipalité, vous pouvez aussi distribuer des graines de fleurs pour pollinisateurs dans les espaces publics. Promouvoir et développer des jardins partagés ainsi que l’utilisation de composteurs, prendre en compte la biodiversité dans les aménagements urbains, organiser des trocs de plants et graines, créer des jardins pédagogiques dans les écoles, informer sur les dangers des pesticides et sur les programmes de protection de la biodiversité (Ligue de Protection des Oiseaux par exemple) ou encore encourager les services civiques de préservation de l’environnement.

Initiatives locales inspirantes :

Fleurir son pas de porte à Préfailles

Jardin intergénérationnel à Languédias

Prise en compte de la biodiversité dans les projets communaux et intercommunaux

 

9. « Informer les habitants sur les indicateurs de qualité environnementale » 

Pourquoi

Communiquer auprès des citoyens sur les facteurs de décisions d’actions, gagner en transparence sur les projets pour faciliter accessibilité sociale.

Comment

Communiquer les données de surfaces agricoles, qualité des eaux, de l’air, rendre accessible sur le site de la commune les informations des observatoires publics. Organiser des ateliers d’échange et des rencontres avec les habitants pour leur présenter la façon dont la municipalité appréhende ces indicateurs de qualité environnementale.

Initiatives locales inspirantes :

Atlas de la biodiversité dans les communes (ABC)

Opération Jour de la nuit

Parcours pédagogiques 

Fêtes de la nature

Opération « sauvages de ma rue »

 

10. « Mettre en place un Projet Alimentaire Territorial (PAT) » 

Pourquoi

Pour développer une agriculture et une alimentation de qualité sur le territoire tout en intégrant les enjeux environnementaux. Pour consolider des filières territorialisées et développer une économie locale.   

Un PAT est un outil à 3 dimensions :    

  • Une dimension économique

structuration et consolidation des filières dans les territoires et mise en adéquation de l’offre avec la demande locale ; contribution à l’installation d’agriculteurs et à la préservation des espaces agricoles sans lesquels la production n’est pas possible.    

  • Une dimension environnementale

développement de la consommation de produits issus de circuits de proximité ; valorisation d’un nouveau mode de production agro-écologique, dont la production biologique.

  • Une dimension sociale

c’est un projet collectif, fondé sur la rencontre d’initiatives, et regroupant tous les acteurs d’un territoire ; il contribue à une identité et une culture du territoire et permet de valoriser les terroirs

Comment

Prévus dans la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014 (Art 39), les projets alimentaires territoriaux sont élaborés de manière concertée à l’initiative de l’ensemble des acteurs d’un territoire. Ils s’appuient sur un diagnostic partagé faisant un état des lieux de la production agricole locale et du besoin alimentaire exprimé au niveau d’un bassin de vie ou de consommation, aussi bien en termes de consommation individuelle que de restauration collective. Tout projet commence par un diagnostic de territoire partagé par les acteurs locaux et la mise en place d’une instance collégiale pour suivre l’état d’avancement  du projet. 

Initiatives locales inspirantes :

PAT de Redon agglomération (Chloé Petetin)

PAT du Pays de Lorient

Auray agglomération (Nadège Belloir)

GMVA (projet Alimenterre)

 

Découvrez le document synthèse Prezi

 

Pour aller plus loin, quelques guides pour vous aider dans la mise en place et compréhension des actions :

Rapport du GIEC sur le dérèglement climatique et les terres émergées

Rapport GIEC Aout2019

Agriculture, alimentation, climat – RAC

RAC Alimentation agriculture climat

Décryptage de la loi Egalim par l’ADEME

Loi Egalim Ademe

1. Mettre en place une restauration collective locale et bio.

 17 retours d’expériences pour développer la restauration collective locale et bio – Burded

17 retours d'experience pour dvp restauration collective locale et bio

Pourquoi, comment développer le bio – GAB

Bio, pourquoi comment le développer

Guide de la restauration collective responsable à l’attention des collectivités et des entreprises – CIVAM et Fondation Nicolas Hulot

restauration collective responsable

 

Défi Cuisines à Alimentation Positive – GAB 56, Alimen’Terre

GAB Defi cuisine alim positive

Cantine bio le guide pratique des parents – Collectif ‘un plus bio’

Cantine bio, guide un plus bio

Pour les accompagner dans l’approvisionnement local et de qualité, le ministère de l’agriculture et de l’alimentation a mis à disposition des acheteurs publics de la restauration collective la boite à outils LOCALIM : https://agriculture.gouv.fr/localim-la-boite-outils-des-acheteurs-publics-de-restauration-collective

2. Soutenir les producteurs locaux.

 

Agriculture biologique et développement local, un guide pour les élus et agents des collectivités territoriales – Fédération Nationale d’Agriculture Biologique, en partenariat avec l’Office National des Eaux et des Milieux Aquatiques et l’Association des Maires de France

developpement local

 

Où sont l’offre et la demande alimentaire dans le pays de Vannes ? – Alimenterre

circuits courts pays de Vannes

 

4. Préserver le foncier agricole et en orienter les usages.

 

Objectif « zéro artificialisation nette » – Ministère de la transition écologique et solidaire

Objectif zéro artificialisation nette

 

Ma commune sans pesticides le guide des solutions – Ministère de la transition écologique et solidaire

ma commune sans pesticides

 

Quels sont les besoins fonciers pour l’alimentation de nos territoires ? Grâce à combien de paysans ? Projet Alimen’Terre

Terre de Liens alimentation

6. Réduire les déchets alimentaire.

 

Comment réduire le gaspillage alimentaire au sein de sa restauration collective ?- CPIE

CPIE Comment réduire gaspillage alimentaire

 

Réduire le gaspillage alimentaire en restauration collective – France Nature Environnement

Gaspillage alimentaire restauration collective

 

7. Favoriser l’accès à l’alimentation locale et saine pour tous.

 

Consommer local, la boite à outil – Chambre d’agriculture Loire, Conseil général Loire

consommer local boite outils

 

Fiche conseil, cuisiner les produits bio – GAB 56, Alimen’Terre

fiches conseil cuisine

10. Mettre en place un Projet Alimentaire Territorial.

 

Construire un PAT – Ministère de l’agriculture de l’agroalimentaire et de la forêt

Presentation PAT

 

Construire un PAT – IUFN

construire un PAT

 

Construire une stratégie de financement pour un PAT – PAT, Cap rural, Terres en ville

guide des PAT

 

Charte du PAT de Redon – Redon agglomération

charte PAT Redon agglomeration

 

Découvrez le document synthèse Prezi

Les commentaires sont clos.